Archives de catégorie : Psycho

La perte d’un être cher – Le deuil

unnamed (4)

Les 4 phases du deuil sont : 

Le déni

La dépression

La colère

Le soulagement  ou l’acceptation.

Lorsque nous sommes endeuillés, nous passons d’une phase à l’autre comme dans les montagnes russes…

Le temps du  deuil est important pour revenir à la vie lorsque nous perdons une personne aimée.

Face à la perte nous ne sommes pas tous égaux.  Chaque individu, chaque être  humain vit ce temps à sa manière, à son rythme, en fonction de son histoire, de sa culture, du lien, de l’attachement , des circonstances du décès …

Le chemin à parcourir est irrationnel et parsemé de hauts et de bas.

Quelques clés pour s’en sortir :

Écoutez votre cœur sans honte,

Libérez vos émotions … en hypnose nous apprenons que nous ne pouvons pas faire l’économie d’une émotion pour nous sentir en bonne santé mentale.  Pleurez, hurlez, criez si nécessaire votre sentiment d’abandon, d’injustice…  Ecrivez une ou des lettres au mort. Brûlez-les si besoin.  Allez au cimetière autant de fois que vous le voulez ou n’y allez pas… Parlez à votre entourage, à un psy…  Allumez une bougie, pensez aux bons moments passés avec le mort.

« Les larmes sont un don du ciel, elles lavent nos blessures et permettent la cicatrisation. » proverbe chinois.

unnamed (6)

Dans notre société de consommation où tout doit aller vite nous oublions  de vivre ce temps  du deuil comme quelque chose de normal.  Souvent lors de mes accompagnements, je constate que la question qui revient sans cesse et qui perturbe le consultant est : suis-je normal ?

OUI c’est normal d’être triste et en colère, de penser que tout ça est irréel, un cauchemar, d’espérer  se réveiller un matin et de revoir le mort. Oui c’est normal aussi de passer à autre chose et de retrouver le plaisir de vivre, de sortir, de manger, de voir ses amis, de rire…

unnamed

Si  par contre au bout de quelques mois, quelques années, des images négatives liées à la perte vous empêchent d’accéder aux bons souvenirs,  n’hésitez pas à consulter  un thérapeute …peut-être qu’un « nettoyage » sera nécessaire  pour libérer  votre esprit.

Voilà chers lecteurs à bientôt, libérés  et vivants.

unnamed (5)

Maryline ♣

Share Button

Ma maison intérieure

Cette rubrique psy se veut à la fois réfléchie et légère, sereine et percutante, ludique et fantaisiste, humaine et libre. Je vous en souhaite une bonne lecture.

Le premier sujet dont j’ai souhaité vous parler est un sujet qui revient sans cesse sur le tapis : la confiance en soi.

images

La confiance en soi se construit au fil du temps, en fonction de notre personnalité, de notre éducation, de nos valeurs, de nos croyances, de nos expériences de vie … Elle augmente grâce à nos actions. Il n’y a pas de bonheur sans action … mais une action n’apporte pas toujours le bonheur.

Notre confiance en nous évolue donc … Fermez les yeux un instant et imaginez là comme votre maison intérieure.

guest-cottageblueberry-cottage25

thatcher-s-rest-cottage

Vous êtes l’artisan de votre espace intérieur, comme tout bon artisan c’est en forgeant que vous deviendrez forgeron.  Dès le départ il y a donc un choix à faire : soit vous devenez l’acteur de votre vie, soit vous restez spectateur.

Avant de choisir votre camp : faites le bilan, le vrai pas le faux ! Il n’y a rien de pire que de se mentir à soi-même. Reconnaissez votre souffrance et si c’est nécessaire consultez un thérapeute.

Imaginez votre maison intérieure actuelle, son état des lieux, faites le comme un architecte, réfléchissez avec vos tripes, votre coeur, votre esprit …

Qu’allez-vous faire ? De quoi avez-vous besoin pour vous sentir en harmonie avec vous-même ? La détruire ? L’améliorer ? La garder en l’état ? La contempler ?

N’oubliez pas que vous êtes le maître bâtisseur d’une maisonnée, d’une cabane, d’un château, d’une cathédrale peut être.

chateau.65099sagrada-familia-barcelone

Comme le disait si bien Mr Erickson « Ayez des buts réels et réalisables ».

Quoiqu’il se passe vous êtes libres de décider de l’aménager, de la décorer à votre rythme ou … de ne rien faire.

Soyez indulgent envers vous même dans l’accroissement de votre confiance en vous. Rappelez-vous le temps où vous étiez tout petit, à cette époque vous saviez que l’échec et la lutte faisaient partie de votre vie et de votre développement.  Vous saviez apprendre de vos échecs, vous acceptiez l’idée de prendre des risques pour avancer d’un pas régulier comme l’enfant qui apprend à marcher … il tombe de nombreuses fois avant d’y arriver fier et triomphant devant le regard émerveillé de ses parents.

Ce n’est pas éviter l’échec qui amène la confiance et la compétence, c’est l’apprentissage de nos erreurs, la volonté de persévérer, de prendre des risques.  Bien entendu ce cheminement va dépendre de votre regard porté/posé sur vos expériences.

C’est la fameuse histoire du verre à moitié plein ou à moitié vide. Soit vous le regardez de manière positive ( Oh super il est à moitié rempli) soit de manière négative (Oh mon dieu il est à moitié vide) … Pourtant la quantité de liquide est la même. Seul le regard posé change.

Notre regard sur la vie influence notre santé mentale.

Cependant « Tout positiver » est une idée farfelue.  Toute souffrance mérite d’être entendue, reconnue, digérée … Apprenez à relativiser quand c’est possible de le faire, acceptez les compliments, les réactions positives d’autrui. Observez de manière objective ce qui amène de la joie dans votre vie.

Prenez le temps de vivre, éliminer ce qui vous détruit.  Apprenez à dire NON sans culpabilité !

Prenez soin de VOUS, confiant.

A bientôt.

Maryline.

Share Button